Comment vaincre la procrastination (2/2)

4

Nous avons vu dans l’article précédent que se positionner dans un schéma de choix, et non d’obligation, permet de reprendre le contrôle sur sa vie en se posant les vraies questions : Qu’est-ce que je choisis de faire maintenant, et ce en assumant toutes les conséquences ?

Si la question du choix est un premier outil essentiel pour combattre la procrastination, il n’est pas le seul.

1 – Se fixer des objectifs quotidiens

Vous connaissez les To-do-list ? Ces listes de choses à faire qui regroupent aussi bien ce que vous devez acheter au supermarché que les devoirs que vous devez faire pour le lendemain. On a souvent tendance à surcharger une to-do-list et quand on la relit le soir, on se rend compte que l’on n’en a pas accompli la moitié.

Vous étiez pourtant plein de bonne volonté avant de commencer ! Alors que s’est-il passé ?

Vous vous êtes sans doute surestimé. Alors comment corriger cela ?

Il vous suffit de vous fixer des tâches à réaliser et de leur dédier une période de temps défini.

La veille au soir, écrivez sur une feuille votre programme du lendemain et les objectifs que vous voulez accomplir. Il s’agit de dresser l’emploi du temps de votre journée et de quantifier chacune des tâches à réaliser.

Exemple de programme :

  • 10h-11h = faire une fiche sur le cours d’hier
  • 11h-11h30 = exercices
  • 11h30-11h45 = pause
  • 11h45-12h45 = révision devoir

Pour chaque tâche vous devez déterminer à l’avance combien elle vous coûtera en terme de temps. Faites une estimation en fonction de vos capacités, de vos connaissances du sujet et de votre forme du moment.

Cela vous empêchera d’avoir les yeux plus gros que le ventre ! Et vous arriverez normalement à remplir la majorité de vos objectifs.

Bien sûr, ce n’est pas l’armée, et ce n’est pas parce que vous dépassez de 10 minutes vos estimations qu’il faut vous flageller. Il s’agit simplement d’un guide pour vous aider à remplir vos objectifs de la journée.

Dès que vous avez réalisé une tâche, rayez-la sur votre feuille, vous vous sentirez ainsi soulagé et fier de vous.

2 – Visualiser l’état dans lequel vous serez quand vous aurez fini ce que vous devez faire

Lorsque l’on commence à réaliser une tâche, on est bien souvent démotivé à l’idée de tout le temps et de l’énergie que cela va nous coûter. Sauf qu’en vous concentrant sur la tâche en elle-même, vous faites une grossière erreur !

Focalisez plutôt votre attention sur le sentiment de fierté et de joie qui s’emparera de vous quand vous aurez terminé votre tâche !

Quand vous allez vous entraîner avec votre équipe de rugby par exemple, la première pensée qui vous vient à l’esprit est-elle que vous allez prendre des coups, être essoufflé, avoir couru pour marquer un essai ou aller allez sans doute vous tâcher de boue ? J’en doute ! Vous vous visualisez plutôt en train de vous surpasser, d’être fier de vous en réalisant une belle action ou même de ressentir le plaisir de vous sentir vidé après l’entraînement.

Avant de commencer une tâche qui vous semble rébarbative (comme réviser votre prochain devoir,) ayez la même attitude. Visualisez et pensez à tous les bénéfices d’accomplir cette action. Vous serez fier de vous une fois le travail fini, quand vous pourrez barrer votre objectif sur votre programme et que vous pourrez passer à autre chose.

3 –S’accorder des récompenses

Déterminez à l’avance la récompense que vous vous accorderez après avoir réalisé la tâche que vous devez faire. Cette récompense doit être motivante pour vous. Il peut s’agir de sortir avec vos amis, faire du sport, ou même regarder un bon film !

N’hésitez pas à vous fixer des récompenses et ce, particulièrement lorsque le travail que vous devez effectuer, consiste seulement à appliquer des connaissances, à suivre un ordre imposé à l’avance et ne nécessite pas d’être créatif. C’est ce qu’explique Dan Pink dans une vidéo TED très intéressante !

Que se passerait-il si je vous disais:  « Lisez cet article jusqu’à la fin et je vous offre 100 euros. » ?

4 – Se lancer des challenges

Entrez en compétition avec vous-même ! Au lieu de vous traîner comme un zombie devant votre fiche de révision, lancez-vous des défis pour stimuler votre concentration !

Challengez-vous !

  • Vous vous êtes fixé de faire cet exercice en 30 minutes ? Mettez votre chronomètre et essayez de le finir en 20 minutes.
  • Vous venez de finir d’apprendre votre leçon ? Pariez avec vous-même que vous pouvez inventer une histoire pour mieux la comprendre, et récitez-la ensuite de manière drôle à vos parents ou vos amis (ou à vous-même).
  • Vous deviez faire 2 exercices de maths et vous venez de les terminer ? Mettez-vous au défi d’en faire un supplémentaire pour vous prouver que vous avez bien compris.
  • Des formules difficiles à apprendre, des mots compliqués à retenir ? Inventez des moyens mnémotechniques qui vous resteront gravés dans votre mémoire. Plus ils seront bêtes ou drôles, plus vous vous en souviendrez !

Trouvez d’autres moyens de vous challenger, il y en a des milliers !

5 – Trouver du sens à ce que vous faites

L’envie n’est pas au rendez-vous de réviser votre devoir, ou même de faire vos exercices. Mais savez-vous au moins pourquoi il est important que vous réalisiez ces tâches ?

Certaines tâches ne sont pas importantes et ne méritent pas que l’on s’y attarde. D’autres par contre sont au premier regard déplaisantes et peu motivantes mais se révèlent être déterminantes pour la suite de votre parcours.

Lorsque vous devez réaliser une tâche qui ne vous fait pas envie, posez-vous la question suivante :

En quoi cette tâche que je réalise aujourd’hui me sera utile cette semaine, ce mois-ci, cette année ou même dans 1 an ?

Réfléchissez deux minutes au sens de ce que l’on vous demande de faire. Bien souvent il se dégage un but caché bien plus grand que celui que vous soupçonniez derrière un simple exercice que l’on vous demande de réaliser.

Vous possédez maintenant plusieurs outils afin de ne plus reporter au lendemain ce que vous pouvez faire aujourd’hui.

Vous pouvez aussi relire cet article pour vous aider à avancer lorsque ce que vous étudiez ne vous intéresse pas.

Il vous faut maintenant les mettre en application, car lire tout cela ne sert à rien si vous ne le mettez pas en pratique !

Je vous laisse sur une citation inspirante de Robert T. Kiyosaki, qui je l’espère vous aidera à trouver la force de ne plus procrastiner :

« Votre futur est déterminé par ce que vous faites aujourd’hui, et non par ce que vous ferez demain. »

 

Share.

4 commentaires

  1. Article constructif qui doit toucher bon nombre d’étudiants.
    La première partie de tes conseils qui consistent à dresser un emploi du temps de la journée, ne serait-ce pas en même temps un facteur de démotivation qui voit une vie planifiée sans prendre en compte les petits aléas quotidien ? On cherche aussi à travailler différemment des cours qui nous obligent à avoir un rythme hebdomadaire régulier (emploi du temps scolaire).
    Sinon assez d’accord pour le reste de l’article, le challenge pour tous les sportif devrait fonctionner !

    • Merci pour ton retour Bergen !

      Effectivement dresser un emploi du temps doit te permettre de donner un cadre à ta journée, un fil conducteur. En aucun cas, et comme je l’ai dit dans l’article, cela ne doit générer de frustration ou de culpabilité si tu ne le respectes pas à la lettre !

      Les interruptions lorsque l’on travaille sont fréquentes, alors n’hésite pas à compter plus large quand tu fais ton planning !

      Bonne continuation !

  2. La majorité des étudiants et moi y compris on a tendance à se surestimer quand on fait un emploi du temps et du coup s’auto flageller si ce n’est pas respecté, ce qui est bête car tant qu’on a fait quelque chose on devrait voir ce qui a été accompli au lieu de ce qui n’a pas été fait

Reply To laeti Cancel Reply