Comment se relever après un échec ?

11

Nous avons tous déjà échoué au cours de notre vie étudiante. Oui, même les meilleurs échouent. Que ce soit échouer à un examen, obtenir une mauvaise note, rater un concours, ou encore redoubler son année.

Alors bien sûr, certains échecs sont plus douloureux que d’autres. Une mauvaise note aura sans doute moins de répercussions sur vous que si vous échouez votre deuxième première année de médecine et que c’était votre « dernière chance » pour faire le métier de vos rêves.

J’ai écrit les mots « dernière chance » entre guillemets, justement parce qu’après un échec, nous avons tendance à voir la situation de manière tragique, pensant que la chance de notre vie nous est passée sous le nez et qu’elle ne se représentera jamais.

Tout s’écroule autour de nous et c’est une véritable descente aux enfers. Nous sommes submergés par la culpabilité et la déception extrême de ne pas avoir réussi. Cela ne fait qu’empirer chaque fois que nous repensons aux projections dans le futur que nous avions faites, qui s’avèrent dorénavant totalement hors de propos, vu que nous avons échoué.

Si je voulais vous parler de l’échec c’est parce que moi aussi, comme vous, je l’ai vécu.Mais je me suis relevé pour transformer cet échec en victoire, pour tirer du bénéfice d’une situation difficile, tout comme vous, très prochainement, si vous venez d’échouer.

Faire le point

Plutôt que de vous culpabiliser à entretenant un dialogue intérieur négatif comme « je suis nul », « je n’arriverai jamais à rien », cessez de vous auto-flageller. Ce comportement ne fera que vous tirer vers le bas, alors que les hauteurs vous sont accessibles avec un peu de courage et d’acceptation, à condition de penser positivement.
Faites le point sur la situation de manière constructive en répondant à ces questions :

  • Qu’est-ce qui vous a manqué ?
  • Qu’est-ce que vous avez « mal » fait ?
  • Qu’est-ce qui n’a pas marché ?
  • Avez-vous suffisamment travaillé ?

Analysez avez précision ce qui vous a fait défaut. Un échec est avant tout une expérience, une expérience de vie, qui, même si elle est douloureuse, doit vous permettre de tirer des leçons afin d’avancer plus sereinement à l’avenir.

Réfléchissez aussi à l’avenir de votre projet professionnel. Ce dernier a peut-être été mis à mal à travers cet échec. Néanmoins, votre échec signifie-t-il que vous n’atteindrez jamais votre but ?
Réévaluer votre désir d’atteindre l’objectif que vous venez de manquer.

Une autre question à se poser est la suivante :

Avez-vous encore faim ? Êtes-vous encore prêt à vous battre pour ce qui vous tient à cœur, et ce, malgré la déception et la désillusion ?

Souvent dans cette première phase de l’échec, nous nous sentons nul, mauvais et vidé de toute notre énergie. Reprenez-vous et posez-vous des questions cruciales qui pourront redonner du sens à votre situation.

  • Qui êtes-vous ? Quel est votre but dans la vie ? Que voulez-vous apporter au monde ?
  • Peut-on réduire votre personne à cet échec ? L’échec ne peut-il pas être un moteur pour renforcer votre détermination ?
  • N’avez-vous jamais réussi auparavant et accompli des choses dont vous êtes fier, dans le passé ? Ces objectifs, les avez-vous atteints du premier coup ? Ou a-t-il fallu que vous vous battiez pour eux ?
  • Qu’est-ce que cet échec a de formidable ? Comment pouvez-vous tirer des bénéfices de cet échec ? Et ainsi transformer cette boue en or ?
  • Échouer une fois signifie t-il que vous échouerez tout le temps ? Le monde s’est-il arrêté de tourner ?

Après un échec, il est très important de « changer vos lunettes » pour voir le monde différemment et prendre du recul sur la situation. Vous vous sentez nul, plus bas que terre mais votre regard est-il totalement partial ?

Vous avez perdu confiance en vous et c’est normal.Pour autant votre perte de confiance ne signifie pas que vous avez aussi perdu vos capacités à réussir. Vous devez stopper net ce dialogue interne négatif que vous entretenez et le remplacer par des affirmations positives !

Faites l’exercice suivant. Prenez une feuille et un stylo. Mettez pendant quelques minutes le souvenir de votre échec de côté et pensez à toutes les situations de votre vie où vous avez réalisé des choses remarquables. Ne cherchez pas forcément un exploit, mais juste des occasions où vous avez su prouver que vous pouviez réussir et être à la hauteur.

Cela peut-être lorsque vous avez réussi votre permis de conduire, que vous avez remporté une compétition sportive, ou que vous avez fait le « match de votre vie », lorsque vous avez tout simplement aidé une personne qui en avait besoin alors que tout le monde lui tournait le dos ou même lorsque que vous vous êtes sorti d’une situation difficile avec brio !

Notez au minimum 10 choses pour lesquelles vous êtes fier et continuez si vous êtes inspiré. Relisez ensuite cette liste et replongez-vous dans chacune de vos réussites.

Prenez conscience que vous possédez des talents, des qualités et des atouts qui sont toujours présents en vous. Ils ne demandent qu’à s’exprimer à nouveau pour surmonter les échecs passés !

Prenez du recul

Vous venez de contrebalancer votre sentiment d’échec. Vous prenez conscience que vous êtes la somme d’une multitude d’expériences, dans lesquelles vous avez su tirer votre épingle du jeu quand vous le deviez.

Dédramatisez la situation. Vous pensiez auparavant que votre échec était irrémédiable, que jamais vous ne pourriez le dépasser car les répercussions étaient bien trop lourdes à porter. Arrêtez-vous un instant.

J’aimerais que vous vous posiez une question que j’utilise très souvent dans ce genre de situation pour me redonner du courage :

Dans 20 ou 30 ans, vous souviendrez-vous de cette échec ?
Serez-vous encore bloqué dans la même situation ? Ou aurez-vous dépassé votre échec ?

Visualisez-vous dans le futur, pensez-vous une seule seconde que vous serez encore à genou devant votre échec ?

La réponse est évidente : non.

Il y a donc une (et même plusieurs) solution(s) à votre problème, elles attendent juste que vous les trouviez !

Écoutez parler vos proches et demandez-leur de vous raconter leur(s) échecs(s) scolaires. Remarquez comme ils les prennent à la légère, ils en rigolent peut-être même. Dans certains cas, ces échecs leur ont même fait prendre conscience de choses très importantes qui font qu’ils en sont là aujourd’hui.

Reprenez confiance en vous

Vous avez maintenant pris du recul sur la situation et c’est une très bonne chose ! De nouvelles solutions vont maintenant s’offrir à vous ! Vous allez découvrir qu’au-delà de l’échec existent de nouvelles possibilités, de nouvelles options qui vous permettront d’atteindre ce que vous désirez.

Mettez en place une stratégie, un plan d’action qui vous permettra de vous relever. Définissez vos nouveaux objectifs afin de surmonter les difficultés. Aidez-vous de cet article.

Il est normal que vous vous sentiez un peu perdu par moment en pensant à vos objectifs. Vous ne savez pas comment vous allez pouvoir les atteindre après votre échec car cela vous a déstabilisé. C’est normal.

Il vous faut maintenant retrouver de la motivation, reprendre confiance en vous et en vos capacités. Redonnez du sens à votre projet. Vous voulez exercer un métier en particulier ? Pourquoi ne pas faire un stage dans le secteur qui vous plait, ne serait-ce que quelques jours, afin de vous redonner l’envie de vous battre pour ce que vous voulez ?

Lorsque que j’ai échoué pour la seconde fois mes concours de kiné, c’est ce que j’ai fait. J’ai réalisé un stage de quelques jours chez un kiné pour voir si je voulais toujours autant exercer ce métier.

Devinez quoi ? Ma motivation s’en est trouvée décuplée ! J’ai vraiment pris conscience que c’était le domaine dans lequel je voulais travailler et que malgré deux ans d’échec, j’avais encore envie de me battre pour ce projet. Dans peu de temps, mon objectif sera bientôt accompli.

Alors assurez-vous d’avoir encore faim !

Battez-vous pour ce qui vous passionne et les obstacles ne seront plus que formalités !
Vous pouvez aussi contacter des personnes qui connaissent le métier qui vous attire et discuter avec eux autour d’un café, en plus d’être enrichissant, c’est un formidable moyen de vous booster !

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour rebondir après un échec. Faites les exercices plus haut, rappelez-vous vos atouts, redéfinissez vos objectifs, et souvenez-vous : c’est votre manière d’affronter l’échec qui fera toute la différence dans votre vie !

Vous avez le pouvoir de décider de vous battre pour vos rêves quels que soient les échecs rencontrés en route ou vous pouvez tout laisser tomber : cette décision vous appartient mais sachez bien que toutes les ressources sont en vous !

L’échec n’existe pas, sauf si l’on arrête d’essayer ! Elbert Hubbard

 

Share.

11 commentaires

  1. Pingback: Mieux s'organiser - Gérer un échec | La méthode Sadky

  2. Merci beaucoup ! J’ai compris maintenant comment arreter tous ces affirmations négative . Je suis un élève de Tle qui pensait tout le temps à ça lorsque j’ai mon prémier echec ! Je vais continuer à suivre votre conseils !
    Je vous remercie mille fois !

        • Bonjour Mikl,
          Ils existent de nombreuses manières de gagner du temps et la première est de trouver quels sont les moments dans la journée où tu en perds !
          Pense aussi à utiliser les temps « creux » qui correspondent aux moments où tu prends les transports en commun, où tu fais la queue dans une file d’attente, où tu attends quelqu’un à un rendez-vous, etc. Utilise ces moments pour relire une fiche, ou te remémorer un cours !

  3. Bjr à vous. Je vous remercie pour ces idées mais ce que je voudrais savoir si après des années d’évolution scolaire parsemée de difficultés on arrive à sa quatrième année et que là tout semble s’arrêter sachant qu’on s’est toujours demandé si cette filière était la meilleure pour nous. Avec cet échec que faire abandonner tout reprendre à zéro alors qu’il ne reste plus qu’un an et ce sera fini???

    Que faire???

    • Bonjour Maude,
      Peut-être serait-il intéressant de continuer tes études une année de plus pour décrocher ton diplôme sachant que tu es tout prêt du but ?
      Tu peux aussi répondre aux questions que j’invite les lecteurs à se poser dans l’article 😉
      Bon courage pour la suite !

Leave A Reply